Va savoir où ce chemin nous mène…

…tout droit dans la sphère du groupe Les Witch Doctors.

On y rencontre des gens comme Patrick Verbeke, Laurent Choubrac, Marc Loison et quelques autres.

Il n’est pas surprenant de voir sortir des albums par des groupes comprenant tout ou partie de ces musiciens: Gravel Road (Laurent Choubrac, Jean-Christophe Pagnucco et Olivier Gebenholtz) ou des productions plus personnelles.

La dernière est une collaboration entre Laurent Choubrac (Barnguys, Gravel Road, Westbound) et Jean-Christophe Pagnucco (Witch Doctors, Gravel Road)

S’ils ont tous les deux assuré l’essentiel des instruments, on a le plaisir d’entendre quelques participations externes. Olivier Gebenholtz (Witch Doctors, Gravel Road) à la batterie. Thierry Lengrand, Didier Fleury (Barnguys, Westbound) aux guitares, Nathalie Challe, Oceane Baron et Dorothée Veron aux chœurs.

Laurent Choubrac et Jean-Christophe Pagnucco se partagent les compos de cet opus: Va savoir où ce chemin nous mène

14 titres en alternance, dans une atmosphère très americana: folk, blues, rock’n’roll, country … Et tout ça en français.

L’album débute avec JC Pagnucco et “Et pourtant“. Ce premier titre donne le ton sur les compos de JC: mélodies, choeurs (Oceane et Dorothée), guitares …



Laurent prend le relais avec “Tomber“. Et nous avons droit a une autre ambiance.

JC enchaîne avec “Le petit théâtre“. Aux tons bien plus folk que ses autres productions de l’album, un joli petit morceau.

Nouvelle sonorité sur le “Tatoue mon âme” de Laurent et son ambiance manouche.

Le rock est de retour sur le “D’accord” de JC.

Et on arrive à deux moments forts de l’album:

Le “Omaha” de Laurent, nous dresse les poils sur les bras. Chanson simple mais au combien touchante et prenante sur le sacrifice des jeunes soldats US en 1944. Des portraits noir et blanc défilent devant nos yeux alternant avec la vue des grands cimetières américains de Normandie.



JC y va aussi de son hommage. A Tony Joe White, musicien du sud des USA, décédé en octobre 2018. Dans “Tony Joe“, JC fait quelques clins d’oeil au répertoire du maître du swamp rock.

Après ces moments d’émotion, Laurent enchaîne avec une ballade: “Demain

JC revient au rock’n’roll avec “Rentre dans le rang” et la reprise des Witch Doctors “Brise tes chaînes” avec Thierry Lengrand et les choristes Nathalie Challe, Oceane Baron et Dorothée Veron..

Entre ces deux titres, un nouveau moment d’émotion avec le triste “Marie était si belle” dans la trempe du titre “Omaha”. Laurent sait trouver les mots pour émouvoir. On y entend Didier Fleury (Barnguys) sur un solo de guitare.

Suivi par un classique “J’ai plus envie d’attendre“.

L’album s’achève sur 2 ballades:

Les bancs sont vides” de Laurent et “Va savoir où ce chemin nous mène” de JC, qui donne le titre à l’album.

Un bien beau disque, avec de vrais moments d’émotions, de la bonne musique. A écouter avec plaisir.

Raphaël Choubrac a réalisé la pochette de l’album.

Le 10 janvier, présentation de l’album lors d’un concert au Portobello à Caen par Laurent et JC entourés de quelques amis. A ne pas manquer.

La billetterie est ouverte: Réservation Portobello Ne tarder pas, il n’y en aura pas pour tout le monde 🙂

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments